• laparenthesedemarie

Minute Aroma

Et si on prenait le temps de parler un peu d’aromathérapie ?!

Utilisées depuis des siècles, les essences aromatiques (entendons par là les huiles essentielles) ont toujours sollicité un très grand intérêt à travers le monde.

Très en vogue actuellement, preuve en est des jolies enseignes qui poussent de plus en plus, les huiles essentielles connaissent aujourd’hui un fort engouement.

Loin de moi l’idée d’aborder le sujet de manière didactique - de nombreuses écoles de formation sont destinées à ce genre d’enseignement (ADNR avec laquelle je me suis formée par exemple) - j’ai eu envie de mettre en lumière, simplement, les précautions et le bon usage des huiles essentielles ainsi que les modes d’utilisations et voies d’administrations possibles.


Précautions et bon usage :


Avant d’acheter une huile essentielle, il est primordial de vérifier plusieurs points - garants de sa qualité :

  • son espèce botanique : connaître le nom botanique complet est indispensable. Il est constitué du genre (citron, menthe…) et de l’épithète qui détermine les actions, les indications et les précautions d’usage.

  • son origine géographique (doit obligatoirement figurer sur le flacon) : certaines caractéristiques sont spécifiques à telle région ou tel biotope. Elles dépendent de plusieurs paramètres : climat ; composition du sol ; exposition du sol ; saison ; altitude.

  • son mode de culture doit être mentionné clairement sur le flacon : agriculture biologique, agriculture raisonnée. Si vous ne voyez pas apparaitre de label biologique, la mention « pesticide free » est un minimum obligatoire. Et non ! Toutes les huiles essentielles ne sont pas « Bio » !

  • sa spécialité biochimique : élément primordial à savoir identifier afin d’utiliser les HE en toute sécurité. Composée de différentes molécules biochimiques d’une même famille, c’est la prédominance de certaines qui confère à l’huile essentielle ses propriétés et ses toxicités éventuelles. Sur l’étiquette doivent figurer 2 ou 3 de ses composants majoritaires et au minimum 1 composant spécifique. Les pourcentages des composants doivent aussi être mentionnés.

  • son organe producteur : fleur, tige, feuilles, fruits, graines…

  • sa traçabilité (numéro fait de chiffres et de lettres) :

  1. date d’achat à tel ou tel producteur

  2. analyse chromatographie (détermine composition biochimique d’1HE)

  3. libération du lot pour sa commercialisation

  4. mise en conditionnement, distribution, vente

  5. date fin du lot et utilisation.

  • mentions, labels : garantissent la qualité de l’huile essentielle et une sécurité quant à l’espèce botanique, l’organe producteur et la spécificité biochimique.

  1. HEBBD (Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie)

  2. HECT (Huile Essentielle ChémoTypée)

  3. AB

  4. EcoCert

  5. Nature&Progrès

Gardez toujours à l’esprit que ce qui est naturel ne veut pas dire « sans danger » !


Employez les huiles essentielles avec modération et précaution ! Respectez les doses préconisées (1 goutte ne veut pas dire 2, 3 fois par jour ne veut pas dire 5 et une semaine ne veut pas dire à vie !). N’oubliez jamais que les huiles essentielles ne se substitueront jamais aux traitements allopathiques en cours. Elles peuvent en revanche être un excellent complément. N’associez jamais d’huiles essentielles à des traitements médicamenteux sans avis médical.


D’une manière générale, l’utilisation des huiles essentielles est déconseillée pour :

  • les femmes enceintes, allaitantes sans un avis médical. Les huiles essentielles sont à proscrire le premier trimestre de la grossesse. Bannir également (sauf prescription médicale) l’application des huiles essentielles sur la région abdominale et la poitrine pendant les 9 mois de grossesse (et allaitement pour la poitrine).

  • les personnes épileptiques.

  • les personnes touchées par un cancer hormono-dépendant

  • les personnes ayant des problèmes de santé

  • les bébés et les enfants de moins de 3 ans et jusqu’à 7 ans, exclusivement sous contrôle médical.

Le conditionnement et le mode de conservation sont également des éléments extrêmement importants à prendre en compte :

  • privilégier les huiles essentielles vendues en flacon ambré

  • bien fermer les flacons et les protéger de la lumière pour conserver leurs qualités

  • acheter en fonction de votre usage (rien ne sert de stocker de trop grandes quantités)

  • vérifier la date de péremption


Mode d’utilisation et voies d’administration possibles


Il existe trois voies d’administration possibles. Elles dépendent de l’huile essentielle (risque de dermocausticité par exemple) et de la personne (âge, santé…)


Olfactive

  • Diffuseur : pour assainir la pièce.

Avertissement

  • Déconseillé pour les personnes asthmatiques.

  • Il est possible d’utiliser ce type d’utilisation en présence d’ enfants à partir de 3 ans et de femmes enceintes (passé 4ème mois de grossesse) MAIS ne jamais le faire pendant le sommeil ou dans un espace fermé en leur présence.

  • Les huiles essentielles contenant des phénol et des cétones (irritantes et neurotoxiques) ne doivent pas être diffusées (avertissement concernant tout le monde) :

Sauge officinale ; Origan compact ; Clou de Girofle, Helychrise… liste non exhaustive

  • Inhalations

Si asthmatiques ou allergiques, cette forme d’utilisation peut-être plus ou moins bien supportée

Sèche : quelques gouttes d’huile essentielle sur la face interne des poignets à respirer profondément

Humide : quelques gouttes d’huile essentielle dans un inhalateur rempli d’eau chaude et respirer pendant 3 à 10 min.

Les précautions à prendre seront identiques aux précédentes. En cas de doute, toujours demander un avis médical !


Voie interne


Voie orale à proscrire chez les femmes enceintes et les enfants de moins de 7 ans.

Principalement utilisée pour traiter les infections internes.

Idéalement prises sur un support : neutre, cuillère à café de miel, huile végétale, mie de pain.

Certaines huiles essentielles ne devront pas être avalées sans prescription médicale, demandez toujours l’avis d’un spécialiste.


Cutanée


À éviter :

huiles essentielles dermocaustiques

huiles essentielles photo-sensibilisantes (toutes les variétés d’agrumes, angélique, verveine…)


À privilégier :

courbatures (massage)

maux de tête (tempes et front)

stress et anxiété (plexus solaire)

problèmes cutanés (acné, brûlure…)


Avertissement

Ne pas utiliser les huiles essentielles pures sur une surface étendue. L’utilisation pure est réservée à 1 usage très localisé (ex: tea tree sur un bouton) et sur du court terme : 3 à 5 jours)Diluer l’huile essentielle dans une huile végétale à hauteur de 10 à 40% en fonction de la formulation



En conclusion, retenez que si l’utilisation des huiles essentielles peut être un excellent complément et soutien à la vie de tous les jours, elle ne remplace jamais un avis médical.

N’utilisez jamais l’aromathérapie à la légère, en cas de doute concernant l’utilisation, l’application, le mode d’administration ou en fonction de votre état de santé (grossesse ou autre…), demandez TOUJOURS l’aval d’un médecin ou d’un spécialiste !


Le post vous a plu ? Pensez à mettre un petit coeur sur l'article avant de quitter le blog ;)

A prestu,

Marie